L’Investissement Durable au Kivu (IDAKI) a lancé sa 15ème session plénière ce mercredi 02 décembre 2020. Objectif, analyser les circonstances dans lesquelles se produisent ces accidents de manière récurrente, évaluer les conséquences socio-économiques et surtout définir les stratégies et mécanismes à mettre en œuvre pour mettre fin à cette situation qui endeuille la province de l’ancien Kivu.

Pour la première journée, les gouvernants, les acteurs de la société civile, les exploitants miniers et autres structures impliquées dans ce secteur ont évalué les causes réelles de ces catastrophes et accidents. Ces causes sont entre autres la mauvaise aération, la mauvaise construction des  galeries et le mauvais câblage.

Selon Maitre Lucien Shonja, un des panelistes du jour et acteur impliqué dans la question de traçabilité, cette rencontre est une occasion pour examiner le degré d’application des textes qui régissent le secteur minier en province.

« Nous avons essayé d’interroger ce que le législateur congolais, les textes au niveau régional et international prévoient en matière de sécurité, de santé, de la protection, de l’environnement et de l’hygiène dans l’exploitation minière artisanale. Par ailleurs, il y’a un écart entre ce que les textes prévoient et la réalité sur terrain.  C’est donc ça le grand défi à relever. Il est de notre devoir de rappeler chaque fois les acteurs à respecter les textes légaux mais également interpeller les services techniques qui doivent accompagner les acteurs à pouvoir respecter les prescrit de la loi », a-t-il renseigné.

Théophile Basoshi, directeur du service d’assistance et d’encadrement de l’exploitation minière artisanale et à petite échelle dans la province du Sud-Kivu (SAEMAP), également paneliste a renseigné que son service malgré quelques les difficultés à mobiliser des ressources financières parvient à accompagner les coopératives minières.

Par contre Thierry Munga géotechnicien et directeur technique de Brecom, une coopérative minière, estime que ces assises est une occasion pour eux de dénoncer le non accompagnement des services techniques de l’Etat qui constitue le SAEMAP et le non-respect de ses engagements.

« Il se pose un problème de coordination au niveau des sites miniers. C’est-à-dire il y’a une forme de tracasserie qui s’observe par les agents de SAEMAP et ça nous complique à pouvoir atteindre nos objectifs assignés. Il y a des calculs simples qu’il faut mettre en évidence, chaque mois par exemple, dans nos sites respectifs nous payons une valeur de 600$ en terme de taxe sur les services rendus mais on se pose la question de savoir s’il s’agit de quel service, qu’ils nous taxent chaque fois, au moment où, ils ne nous payent ni carburant, ni assistance”, a-t-il affirmé.

Signalons que l’Investissement Durable au Kivu(IDAKI) est un cadre de concertation regroupant les principaux acteurs du secteur minier industriel et artisanal avec la société civile et l’administration publique afin de promouvoir le développement durable pour la région du Kivu basé sur une approche thématique pour réfléchir et proposer des recommandations pour les parties prenantes en vue d’améliorer le fonctionnement du secteur minier dans la région.

Rédaction

Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir des actualités récentes. Restons informés !

Labeur.info est un média en ligne spécialisé dans la publication en temps réel, des informations vraies, vérifiées et vérifiables de la RDC en particulier et de l’international en général. Il se démarque par son caractère impartial et par la diversité des informations qu’il traite.

NOS ADRESSES

Copyright © 2020 Labeur Info – Informer, Former et Divertir | Designed by Tech7