L’insécurité s’est érigée en maître dans plusieurs parties de la province du Sud-Kivu. Des paisibles citoyens ne cessent de perdre la vie, alors qu’il s’observe également la prolifération d’armes lourdes et légères.

Labeur Info vous propose cette interview avec le criminologue Christian Libaku Materanya.

Labeur Info : Bonjour Monsieur, pouvez-vous vous présenter ?

CLM : Je suis Christian LIBAKU MATERANYA. Je fais la Sociologie à l’Université Officielle de Bukavu et la Criminologie à l’Université de Lubumbashi. Actuellement Chef de Travaux et Secrétaire Académique de l’Ecole de criminologie de l’Université Officielle de Bukavu. Enseignant de criminologie et de victimologie dans les Universités Congolaises (UOB, UCB, UNIGOM, etc.) Masterant en criminologie orientation Sécurité intérieur (UCB et UNIKIN) et Candidats aux études doctorales dans le même domaine.

LI : Quelles sont selon vous les causes de l’insécurité grandissante au Sud-Kivu ?

CLM : Mr le journaliste,

Je vous remercie pour votre question relative à l’insécurité, qui puise sa substance dans la criminologie étiologique ayant trait aux origines de la criminalité dans la société mais également aux causes qui poussent les individus à commettre les actes criminels (déviants, délinquants dans un contexte insécuritaire).

En effet, quand on abonde dans le multifactorialisme criminel, il y a lieu de souligner que les causes l’insécurité aussi bien que de la criminalité dans la Province du Sud-Kivu en générale et dans la ville de Bukavu en particulier sont légion.

Néanmoins, il faut les situer dans le contexte actuel pour bien les comprendre et comprendre pourquoi elle engendre la criminalité en tant que phénomène de masse dans cette contrée.

En parlant de notre époque Monsieur le Journaliste, nous ne prétendons pas donner des réponses taillées sur mesure, humilité l’oblige, mais néanmoins, nous pouvons avancer quelques ébauches de réponses.

Des causes de la criminalité et de l’insécurité : Les causes de la criminalité :
Il faut avouer que dans le contexte actuel, la criminalité atteint de plus en plus son paroxysme. Cela tire son origine dans le contexte politique de notre pays. La seule sphère susceptible de garantir la paix et la sécurité dans notre province c’est la sphère politique qui a le monopole de la sécurité. Lorsque la sécurité n’a plus toute la priorité qu’on lui reconnait, elle ne produit rien que l’insécurité. L’insécurité devient la première cause de la criminalité car elle entraine les gens à vivre une terreur trop permanente. Elle est à la base de l’exode rural, de la promiscuité, … D’autres facteurs générateurs de la criminalité dans notre contexte au Sud-Kivu sont : le sentiment d’insatisfaction : nous faisons allusion à la pauvreté, à la famine, au salaire dérisoire des agents de l’Etat sous-payés, en l’occurrence les agents du secteur de sécurité, à la corruption, etc.

Partant de cela, les criminologues pensent que la criminalité peut s’atténuer si la base matérielle de l’existence est suffisante. C’est la « loi de la solidarité » qui l’emportera sur « la loi de lutte pour l’existence ».

Le sentiment d’injustice subie qui proviendrait de la frustration des citoyens démunis désœuvrés, qui pensent que l’Etat leur doit de l’emploi. Les agents de sécurité vivent dans cette angoisse existentielle, lorsqu’ils constatent qu’ils sont incapables de nouer les deux bouts du mois, ils s’adonnent aux actes délinquants pour compléter leurs salaires modiques. Dans ce cas on dira que c’est l’Etat lui-même qui créer ses propres délinquants.

Le sentiment d’insensibilité : la criminalité naît lorsque lors que les politiques ne se soucient plus de la souffrance et de l’insécurité dont est victime la population au Sud-Kivu. La tendance en est que, les gens vont chercher à se prendre en charge et là tous les coups sont permis. Ce qui dénote l’irresponsabilité de l’Etat et de ses dirigeants. Soulignons que les causes sont bien nombreuses, nous donnons juste quelques exemples.

B. Les causes de l’insécurité :

L’insécurité est causée à Bukavu et au Sud-Kivu, par la prolifération également des groupes armés.

Plusieurs groupes armés sèment terreur et désolation dans le chef de la population, c’est ce qui permet aux gens de mettre en cause les services de sécurité établis par l’Etat et de questionner la gouvernance sécuritaire de notre pays en général et de la Province du Sud-Kivu en particulier.

La politique de sécurité est mise en place par le gouvernement qui définit ses priorités. En réalité, il n’y a pas de sécurité lorsqu’un pays ne parvient pas à organiser son système sécuritaire.

La politique sécuritaire étant vaste, elle fait appel à la collaboration de toutes les composantes qui interviennent dans la question sécuritaire au Sud-Kivu. Lorsque les services de sécurité fonctionnent de manière cloisonnée, cela engendre une défaillance sécuritaire et la criminalité s’en suit.

Il n’y a pas sécurité si la population ne participe pas à sa construction. Notre armée, notre Police a besoin du soutien de la population pour légitimer leurs actions.

Enfin il y a lieu aussi de questionner l’offre des services de renseignement dans la lutte contre la criminalité et l’infiltration. En réalité dans un contexte sécurité, la population devrait contribuer dans le renseignement et fournir aux services de sécurité des informations et/ou des renseignements en temps réels.
L’insouciance des autorités face à la recrudescence de l’insécurité,

L’application de la loi aux délinquants de manière fantaisiste,
L’absence d’une « bonne » et sincère collaboration entre les services de sécurité, de renseignement et la population,

La sursaturation et la surpopulation de la ville,
Le délabrement très avancé des routes de la province,
Les infiltrations des étrangers,
L’absence de l’électricité dans beaucoup de village de Province du Sud-Kivu….

LI : Quelle sont les conséquences de l’insécurité ?

CLM : L’interrogation sur l’insécurité et ses conséquences est liée à un sentiment de menaces qui pèse sur les personnes et sur les biens et sur la société. On sait aussi que l’insécurité est une réalité qui comporte à la fois une dimension objective, fondée sur la réalité des faits menaçants, et une dimension subjective liée aux variations que peut comporter l’appréciation ou la perception individuelle de cette réalité. L’insécurité engendre plusieurs effets pervers : La désorganisation sociale,
Le sous-développement de la société, La baisse de la qualité de vie et la détérioration des conditions de vie des personnes affectées,
L’isolement,
Les vols,
Les viols et les violences sexuelles,
Les mauvaises situations sécuritaires,
Une dégradation accélérée de la gouvernance des institutions judiciaires et policières,
Les biens de consommation suscitent des convoitises (vols de voitures, de téléphones, d’ordinateurs portables, cambriolages des manques, fusillades des cambistes,
Mobilité réduite des citoyens,
Les banditismes,
Les maladies etc.
Ce que doivent faire les décideurs pour lutter contre ce mal pernicieux qui gangrène la société :
Ils doivent appliquer les mesures de prophylaxie criminelle.

LI: que doivent faire alors les décideurs ?

Les décideurs doivent comprendre que la Sécurité reste la priorité des priorités. Ils ne seront jamais des bons décideurs dans l’insécurité.
Ils doivent appliquer la prévention situationnelle car elle reste le meilleur mode de lutte contre l’insécurité.
Ils doivent se laisser entourer par les spécialistes des questions criminelles et sécuritaires (les criminologues et non leurs tantes, cousins, oncles, car la sécurité publique passe avant tout et a un prix à payer.
En cas de mort d’hommes, rechercher l’auteur scientifique du crime et lui appliquer la peine de mort en vogue comme rétribution.
Ils doivent payer bien les agents de sécurité car une bonne motivation peut déjà conduire à des effets positifs.
Ils doivent perfectionner l’éducation et la sensibilisation des couches sociales, etc.

Propos recueillis par Abiud Olinde

Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir des actualités récentes. Restons informés !

Publications Similaires

Labeur.info est un média en ligne spécialisé dans la publication en temps réel, des informations vraies, vérifiées et vérifiables de la RDC en particulier et de l’international en général. Il se démarque par son caractère impartial et par la diversité des informations qu’il traite.

NOS ADRESSES

Copyright © 2020 Labeur Info – Informer, Former et Divertir | Designed by Tech7